Inauguration de l’IMMI

Inauguration de l’IMMI
Le 3 juillet 2009, au siège du CNRS à Paris, Messieurs Arnold Migus, Directeur du CNRS, Horst Hippler, Recteur de l’Université de Karlsruhe, Manfred Nettekoven, Chancelier de  l’Université d’Aachen, Jacques Bittoun, Vice-président du Conseil Scientifique de l’Université Paris-Sud 11, ont inauguré l’Institut des technologies Multilingues et Multimédias de l’Information.|Inauguration de l’Institut des technologies Multilingues et Multimédias de l’Information (IMMI)


 

Le 3 juillet 2009, au siège du CNRS à Paris, Messieurs Arnold Migus, Directeur du CNRS, Horst Hippler, Recteur de l’Université de Karlsruhe, Manfred Nettekoven, Chancelier de  l’Université d’Aachen, Jacques Bittoun, Vice-président du Conseil Scientifique de l’Université Paris-Sud 11, ont inauguré l’Institut des technologies Multilingues et Multimédias de l’Information.

Qu’est-ce que l’IMMI ?

Le LIMSI, laboratoire propre du CNRS  associé à l’Université Paris-Sud 11 et à l’Université Pierre et Marie Curie, l’Université Technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle (RWTH) et l’Université de Karlsruhe (UKA) se sont alliés pour conjuguer leurs efforts de recherche dans le domaine du traitement automatique des documents multilingues et multimédias.

Cela se concrétise par la création d’un Institut de recherche franco-allemand sur les technologies Multilingues et Multimédias de l’Information, l’IMMI , qui sera abrité dans un nouveau bâtiment de 3000 m2 construit à Orsay (à proximité du LIMSI).

Unité Mixte Internationale 
a été créée dans un premier temps en décembre 2007 pour apporter son soutien à la gestion de l’Institut , suivie de la mise en place fin 2008 du réseau de  Laboratoires Européens Associés (LEA) IMMI-Labs, qui fédère les efforts de recherche des trois partenaires dans le cadre d’un accord associant le CNRS, RWTH, l’UKA et l’Université de Paris Sud 11 .

Le projet s’inscrit dans la forte dynamique du secteur Sud de l’Ile-de-France dans le domaine des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication. Il bénéficie d’un soutien de l’ordre de 12 M€ provenant du CNRS, du Conseil Général de l’Essonne et du Réseau Thématique de Recherche Avancée (RTRA) Digiteo, dans le cadre du Contrat de Projets Etat-Région 2007-2013, pour couvrir les coûts de la construction et des équipements informatiques.

Il est étroitement lié au programme QUAERO soutenu par l’Agence OSEO. Dans ce cadre, les trois laboratoires partenaires et leur unité commune devraient bénéficier de financements de l’ordre de 18 M€ sur la durée du programme.

La conjonction de ces soutiens et de la qualité des chercheurs impliqués apporte à l’IMMI un environnement exceptionnel en termes de moyens humains (l’institut rassemblera à terme une centaine de chercheurs), financiers et matériels (tant en capacités d’accueil qu’en moyens de calcul) et de compétences scientifiques et techniques qui le positionnent comme un pôle mondial de tout premier plan pour développer des technologies de traitement de la langue, et apporter des solutions appropriées à la question du multilinguisme qui constitue un enjeu majeur tant au plan de l’Union Européenne, avec ses 23 langues officielles à traiter et ses 506 paires de langues à traduire, que dans la perspective générale du village global. Dans le cadre de cette coopération scientifique, l’institut pourra accueillir pour des séjours sabbatiques des chercheurs allemands ou français dans un contexte international, avec la venue dès cette année du Professeur Hermann Ney, spécialiste réputé de la traduction automatique, sur une Chaire d’Excellence Digiteo. Les coopérations scientifiques pourraient s’étendre par la suite à d’autres partenaires et à d’autres pays.

Le domaine scientifique traité dans le cadre de cette coopération se focalise dans un premier temps sur le traitement du langage naturel (analyse de textes, filtrage, indexation, résumé automatique,…), la traduction automatique (texte à texte, parole à texte, ou parole à parole), le traitement de la parole (reconnaissance vocale, identification de la langue, reconnaissance et séparation de locuteurs (qui parle quand ?), compréhension de la parole, classification audio, analyse de scènes acoustiques, traitement de la parole audiovisuelle,…), le traitement de documents multilingues (identification de la langue pour le langage écrit et parlé, recherche documentaire interlingue, traduction de documents,…) et l’indexation de documents multimédias (extraction de contenus informationnels, indexation basée sur le contenu, suivi des médias et alerte, systèmes de réponses aux questions…)

Un prolongement pourrait être de couvrir ensuite plus généralement le problème de la communication humain-machine et humain-humain médiatisée par la machine, y compris la Langue des Signes pour permettre l’accès à l’information pour tous, domaine dans lequel existe une compétence au LIMSI et au RWTH.

Les trois laboratoires partenaires couvrent un spectre scientifique commun dans le secteur des interfaces homme-machine, incluant le traitement multilingue du langage écrit et parlé, la communication multimodale et le traitement des documents multimédias. Ils partagent la même approche méthodologique basée sur l’utilisation de méthodes d’apprentissage automatique à partir de corpus et de protocoles d’évaluation comparative, permettant ainsi de guider les choix scientifiques de manière rationnelle.

Contact : Joseph Mariani, Directeur de l’IMMI, (Joseph.Mariani(at)limsi.fr) – www.immi-labs.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>